La médecine des deux espace-temps

Depuis le tout début de la médecine (de cet espace-temps), la partie physique de l’être humain constitue son principal but d’étude. Or actuellement, l’existence du corps énergétique devient de plus en plus acceptée, grâce à de multiples évidences, et on peut remarquer un intérêt croissant au sujet de l’influence du corps énergétique sur le corps physique. Néanmoins, tous deux – le corps physique et le corps énergétique – appartiennent à cet espace-temps et, de ce fait, nous continuons à nous occuper, uniquement, des phénomènes qui ont lieu dans cet espace-temps.

Depuis les temps les plus reculés nous parlons d’une autre réalité que l’on ne voit pas mais qui, souvent, se manifeste…il est grand temps d’accepter l’existence d’une autre réalité, d’un autre espace-temps. Il s’agit, tout simplement, de l’évolution naturelle de l’itinéraire de la connaissance.

Il semble prudent d’envisager l’autre espace-temps sans peur et avec humilité, vu notre vaste méconnaissance sur ce phénomène.

Concernant la médecine des deux espace-temps, une bonne partie de ce qui est considéré de l’ordre du mystique et du miraculeux peut être objectivé à travers la photo AD.

Dans la médecine des deux espace-temps, même si l’on travaille avec l’autre espace-temps, il ne s’agit pas de dévaloriser la médecine que l’on nomme habituellement de conventionnelle. Toutes les découvertes qui ont eu lieu jusqu’à présent ainsi que d’autres qui auront lieu dans l’avenir, toutes sont précieuses pour la recherche et le développement de la technologie médicale. Il faut, cependant, ne pas perdre de vue l’existence d’une autre réalité ainsi que le fait que nous sommes dans son entière dépendance.

Le corps physique se trouve dans la dépendance du corps énergétique et celui-ci se trouve, à son tour, dans la dépendance de l’autre espace-temps. Les photographies AD en sont une preuve concluante.

L’homme ainsi que la planète se retrouvent, à présent dans une situation fort critique, comme l’on peut, chaque jour, le constater.

Ne serait-il pas mieux de prendre en compte l’autre espace-temps, dont nous sommes dépendants, pour essayer d’inverser la tendance négative actuelle ? Je crois qu’il serait grand temps de le faire.