La luminothérapie et la médecine des deux espace-temps

La luminothérapie consiste dans le traitement de l’être humain par la lumière.

Dans la médecine que j’exerce, et que j’appelle médecine des deux espace-temps, je soigne les personnes par la lumière. Il s’agit d’un type particulier de lumière qui prend le nom de lumière de lumière, qui est captée par une technique photographique développée par Alain Masson un chercheur français avec qui j’ai coopéré pendant une décennie sur la recherche et la pratique clinique.

Depuis les temps les plus reculés nous parlons d’une autre réalité qui pourtant échappe à son objectivation, mais qui se manifeste à plusieurs reprises …C’est bien de cette réalité-là dont je parle quand je fais référence à l’autre espace-temps.

L’utilisation de cette technique que j’applique en médecine est, selon moi, une vraie continuation naturelle et logique de la médecine: elle agit sur l’être humain, éliminant ce qui l’empêche d’avoir un fonctionnement harmonieux des mécanismes d’auto-guérison.

Dans la plupart des cas analysés, ce sont les mémoires qui constituent le vrai blocage des mécanismes d’auto-guérison.

Or, en ce sens, les mémoires sont toutes les situations mal vécues (traumatisantes) dans un passé récent ou lointain et qui n’ont pas pu être intégrées dans le corps physique, mental, émotionnel et énergétique de la personne concernée.

Si l’on prend l’exemple de la plupart des méthodes employées dans le traitement de l’être humain, on s’aperçoit qu’elles sont centrées sur les symptômes et non pas sur la vraie cause des maladies. Ainsi, même si la maladie manifestée est guérie sur le moment, la vraie raison qui l’a déclenchée reste active et risque de réapparaître sous la même forme où sous des formes différentes.

Dans la médecine des deux espace-temps, l’être humain est perçu et soigné dans un cadre qui prend toujours en considération les deux réalités, à savoir : l’espace-temps des formes, celui que l’on voit; et l’autre espace-temps, celui que l’on ne voit pas mais qui se manifeste de façon imprévisible.

Quant aux mémoires dont je parlais, elles sont inscrites dans l’autre espace-temps et il faut agir à ce niveau-là pour réussir à les traiter de façon profonde.